2020 : Oniscus asellus

L’Aselle des murs – Animal Cavernicole 2020

Oniscus asellus
Josiane Lips

L’Aselle des murs (Oniscus asellus) a été décrite en 1758 par Carl LINNAEUS. C’est un cloporte, c’est-à-dire un isopode terrestre. Les cloportes sont les seuls crustacés totalement adaptés à la vie terrestre. Ils n’ont plus besoin de libérer les œufs ou les larves dans un plan d’eau. Les femelles les portent dans une poche incubatrice, remplie de liquide, située sous leur corps. Les jeunes isopodes restent dans cette poche, appelée marsupium, quelques semaines après l’éclosion. Les Aselles des murs profitent de l’humidité généralement élevée dans les grottes, ce qui les protège du dessèchement.

Toutes sortent d’animaux colonisent les grottes et autres cavités souterraines tout au long de l’année et en grand nombre. Nous avons sélectionné Oniscus asellus comme « Animal Cavernicole 2020 » car il est très fréquent et facilement reconnaissable. L’Aselle des murs est ainsi un représentant, parmi d’autres, des espèces animales qui dépendent des cavités souterraines pour leur survie.

Avec la désignation, chaque année, de l’Animal Cavernicole de l’Année, la Fédération Française de Spéléologie tient à souligner qu’il reste un besoin d’action énorme en matière de recherches sur les écosystèmes souterrains et les espèces qui y vivent.

Les Aselles des murs colonisent de manière permanente les habitats humides et sombres. On peut également les trouver à l’extérieur sous des pierres, du bois ou des feuilles mortes. Dans les grottes, c’est une espèce d’isopodes très commune en France.
Le corps de l’Aselle des murs mesure jusqu’à 18 mm de long. Il est nettement aplati et va du gris foncé au brun noirâtre. Sa partie supérieure est granuleuse et présente sur le corps des taches claires et des rangées de points de plus en plus petits jusqu’à l’extrémité du corps. Le flagelle de l’antenne (extrémité) comporte 3 sections.
Comme autre caractéristique de l’espèce, nous pouvons remarquer deux lobes frontaux tournés vers l’avant, se trouvant sur les bords latéraux du front, directement sous les yeux.
Contrairement à d’autres cloportes, ils ne se roulent pas en boule lorsqu’ils se sentent en danger.
Ces animaux sont des détritivores : ils se nourrissent de restes de plantes, d’animaux morts et de bois mort. Ils peuvent également digérer leurs propres matières fécales (coprophagie) et en tirer ainsi des derniers nutriments.
Les Aselles des murs ont une espérance de vie d’un à deux ans. Les animaux muent toute leur vie. Une seule mue peut prendre jusqu’à 24 heures.
L’Aselle des murs se reproduit une à trois fois par an. A chaque fois, plusieurs douzaines d’œufs se développent et éclosent dans le marsupium. Les juvéniles sont sexuellement matures après trois mois.

L’Aselle des murs est un des cloportes les plus répandus en Europe centrale et est souvent associée au cloporte rugueux (Porcellio scaber). On le trouve dans toutes les zones tempérées de la terre et souvent près de l’homme. Dans les grottes on le trouve sur le sol, sur les parois, dans du bois et du feuillage et sous les pierres. Il colonise l’entrée, la zone de transition et même la zone profonde.


Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 12 mai 2020

Publication

278 Articles
1 Album photo
Aucune brève
5 Sites Web
5 Auteurs

Visites

4 aujourd’hui
23 hier
1839 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés